Les élève apprennent à gérer les fake news

Comment apprendre aux jeunes à gérer les « fake news » ?

Le projet de loi sur la gestion des fake news

Qu’est-ce qu’une fake news ?

Une fake news ce n’est pas uniquement une fausse information. C’est aussi une information contrefaite, une manipulation organisée de l’information. La notion d’intention de manipulation est importante.

Les fake news sont souvent diffusées largement dans l’urgence. Les lecteurs relayant les informations sous le coup de l’émotion. Ce cercle vicieux de la rapidité, de l’urgence et de l’immédiateté est une menace pour une démocratie équilibrée.

Le projet de loi

L’objet du projet de loi n’est désormais plus la lutte contre les « fausses informations » mais « contre la manipulation de l’information ». La loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse prévoit déjà un corpus juridique pour garantir la véracité de l’information et pour permettre un débat public de qualité.

Les fake news ont effectivement toujours existé. C’est aujourd’hui le changement d’échelle de leur diffusion qui est inquiétant. La proposition de loi veut répondre à de nouvelles pratiques développées sur les réseaux sociaux avec l’aide de robots.

Les trois axes du projet de loi :

  • Renforcer les obligations de transparence des plateformes vis-à-vis de leur utilisateur. Renforcer la surveillance des réseaux sociaux et des médias sous influence d’un État étranger.
  • Donner aux autorités compétentes les moyens d’action adaptés à la rapidité de diffusion des fake news. Pour cela, création de la procédure de référé pour pouvoir bloquer rapidement les fake news.
  • Création d’un devoir de coopération des plates-formes Web.

Le projet de loi est inscrit à l’agenda mais il n’est apparemment pas encore abouti… On lui reproche notamment de mettre en danger la liberté d’expression.

L’éducation aux médias pour détecter les fake news

Les réseaux sociaux donnent effectivement un nouveau périmètre aux fake news. Le projet de loi ne contient aucune proposition sur l’éducation aux médias. Or la lutte contre les fake news peut passer par l’éducation aux médias.

Il faudrait avoir une initiation à la formation de l’information. C’est-à-dire apprendre aux jeunes à comprendre le fonctionnement des médias et du monde numérique. 88% des français estiment important d’apprendre aux élèves

« à rechercher sur Internet des informations vérifiées et à repérer les fausses informations »

(31ème baromètre des médias Kantar-Sofres pour La Croix, janvier 2018).

La force de la raison : la clé pour aider les jeunes

Elèves en train d'apprendre à repérer les fake news dans les médiasPour lutter contre la crédulité, une loi paraît peu efficace. Nous avons plutôt besoin d’un enseignement plus solide, d’un apprentissage de l’esprit critique. Il est primordial de donner aux jeunes les outils pour exercer leur discernement grâce aux méthodes pédagogiques innovantes et efficaces. Il faut faire triompher la force de l’esprit face aux mensonges.

La lutte contre les fake news commence avant tout par la maîtrise des fondamentaux : le raisonnement logique et la lecture. L’enjeu est de structurer la pensée, de développer l’esprit critique.

L’apprentissage de la lecture est notamment un enjeu fondamental ! La maîtrise de la langue française enrichit la réflexion, c’est par les mots que peut naître notre pensée.

On ne peut pas vouloir structurer notre pensée sans la langue. Apprendre à gérer les fake news c’est finalement éduquer les enfants. C’est leur transmettre les armes intellectuelles et culturelles solides. Chez Espérance banlieues, les élèves lisent des textes d’actualités sur lesquels ils sont amenés à se positionner. Ils apprennent au sein de l’école à prendre du recul sur les informations.

L’enjeu des fake news est d’abord un enjeu d’éducation. Où est la mobilisation de l’institution scolaire par rapport au fake news ? Comment apprend-on aux enseignants à lutter contre les théories du complot, les rumeurs qui déstabilisent les quartiers et luttent contre le « faire société » et donc contre le contrat social ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *