Conseils - Encouragez et valorisez l'enfant

4 conseils pour appliquer la discipline positive au quotidien

Comment appliquer à la maison ce délicat mélange entre bienveillance et fermeté ? Quatre conseils accompagnés d’exemples concrets, tout droit tirés de la discipline positive.

1. Encouragez et valorisez votre enfant

Cultivez le vocabulaire positif. Un vocabulaire encourageant sans aucune pointe de mépris ou d’infantilisation. L’objectif est de lui faire sentir que vous lui accordez de l’importance en vérité grâce à cette confiance manifestée. Votre enfant aura ainsi confiance en lui-même.

Les encouragements favorisent l’auto-évaluation. Ce sont des formules à utiliser avec sincérité : « Tu as fait de gros efforts, tu peux être fier de toi ! », « Merci beaucoup pour ton aide précieuse ».

Il faut distinguer l’encouragement du compliment. Le compliment emprisonne l’enfant dans une dépendance au consentement de l’adulte, il ne le fait pas forcément grandir : « Tu es très joli aujourd’hui », « Je suis fier de toi ».

2. Parlez positivement

Comment utiliser les bons mots pour se faire obéir de ses élèves ? Plutôt que de dire à l’enfant ce qu’il ne doit pas faire, suggérez-lui ce qu’il peut faire. Passez de la forme négative à la forme positive, et soyez dans la suggestion. Associez-le à trouver lui-même des solutions pour résoudre une situation. Vous allez gagner en coopération !

C’est une habitude de forme de phrase à adopter progressivement.

  • Au lieu de « Ne cours pas dans la classe » dîtes : « Marche, s’il te plait ».
  • Au lieu de « Arrêtez de vous battre! » dîtes : « On va jouer dehors » ou « C’est le moment de faire la paix et de lancer un jeu d’équipe ».
  • Au lieu de « Ne me parle pas sur ce ton ! » dîtes « Comment est-ce que tu pourrais me parler plus respectueusement pour que je comprenne ce que tu as à me dire ? ».
  • Au lieu de « Mets ton manteau et ton écharpe il fait froid », dîtes « De quoi aurais-tu besoin pour sortir dans ce froid ? ».
  • Au lieu de « Reste assis », dîtes « Que fais-tu debout ? ».

3. Envisagez les erreurs comme de remarquables opportunités d’apprentissage

Des élèves très heureux à l'école grâce à la discipline positiveQuand l’enfant fait une bêtise, ne vous mettez pas en colère et évitez le répertoire des reproches et de la culpabilité. Mais profitez-en pour lui apprendre à l’éviter.

Il faut leur expliquer mais aussi leur répéter souvent. Les choses qui nous semblent évidentes ne le sont pas forcément pour les enfants.

4. Conseils pour bien communiquer avec votre enfant

Soyez à l’écoute avant de vouloir être entendu

Lorsqu’un enfant se referme sur lui-même, il devient bien difficile de pouvoir échanger sur quoi que ce soit. Pour éviter cela, il faut parvenir à instaurer une écoute mutuelle. Une écoute des émotions et des incompréhensions pour établir une réelle communication entre l’enfant et l’adulte. Un enfant qui se sent reconnu et en confiance sera prêt pour écouter et disponible afin de progresser.

Plutôt que « Si tu ne finis pas ton assiette, tu seras privé de dessert », privilégiez « Je vois que tu n’as pas très faim… ».

Créez une qualité de relation avec votre enfant

L’objectif de la communication non violente est de créer une qualité de relation avec les autres. Elle s’intéresse profondément au ressenti et aux émotions. C’est un outil efficace pour rétablir l’harmonie à la maison en cas de conflit.

Les bases de la communication non violente :

  • En premier lieu, observez et décrivez la situation. Préférez un regard objectif sur les faits plutôt que le jugement rapide.
  • Ensuite, exprimez votre propre ressenti. Vos enfants ne pourront jamais savoir ce que vous voulez si vous ne leur dîtes pas. Il faut exprimer son ressenti en tant que parent en utilisant le « je ».
  • Exprimez votre besoin.
  • Faîtes une demande concrète et explicite.

Mise en situation en utilisant ces quatre étapes :

  • Les faits : « Je suis arrivé(e) dans la classe et j’ai retrouvé tous les objets de manipulation en bazar éparpillés partout ».
  • Votre ressenti : « Je suis fatigué(e) de constater ce bazar ».
  • Votre besoin : « Les élèves, vous savez que ce n’est pas facile pour moi de gérer la classe en plus du contenu des cours pour qu’ils soient le plus appropriés à l’apprentissage en cours. J’ai besoin de votre aide ».
  • Votre demande : « Est-ce que vous pourriez m’aider en rangeant le coin de manipulation de la classe ? ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *