Les enfants ont-ils besoin de héros ? Récit d’un hommage dédié à l’un d’entre eux

La pédagogie a toujours consacré une grande place aux héros. Ces personnages mythiques ou historiques permettent aux enfants de s’identifier à eux. Ils leur donnent la faculté d’intégrer les valeurs socio-culturelles qu’ils incarnent. Le site officiel des programmes de l’Éducation nationale, Eduscol, consacre plusieurs pages à l’importance de leur évocation. Il faut pour cela adapter son discours selon la classe concernée.

La mort du colonel Arnaud Beltrame pose la question de la place du héros dans notre société

L’attentat de Trèbes, qui a provoqué la mort du Colonel Beltrame, a eu un écho significatif. Le directeur du cours La Boussole, à Mantes la Jolie, nous a fait part du récit. En voici un extrait :

« Nous avons lundi matin rendu un petit hommage lors de notre levée des couleurs. J’ai d’abord prononcé un mot et nous avons monté les couleurs comme tous les jours. Puis les enseignants les ont redescendues à mi-mât pendant que l’école marquait une minute de silence. Lors du retour en classe, j’ai demandé aux enseignants de faire parler les enfants sur le sujet pour pouvoir connaître leur vision des choses. Cela permettrait également de répondre aux questions et interrogations qui ne viendraient pas forcément naturellement.

La reconnaissance du héros par les familles des enfants

A 11h mardi matin, comme toutes les écoles, nous avons été invités par la mairie de Mantes. Cette dernière souhaitait que nous participions, à 18h le jour même à la cérémonie au monument aux morts. Malgré la demande pour le jour même, j’ai eu une quinzaine d’enfants présents, avec leurs parents. Beaucoup de parents ont senti qu’ils se devaient d’affirmer leur opposition avec les terroristes se réclamant de la même religion qu’eux. Nous avons eu des messages de certains parents dans l’incapacité de se déplacer. Ceux-ci nous ont expliqué leur admiration pour Arnaud Beltrame et leur « honte » du terrorisme. J’ai dû moi-même aller chercher des enfants qui faisaient une scène à la maison car la maman ne pouvait pas les emmener. Nous avons une maman de 65 ans qui a fait 20 minutes de bus avec son fils pour venir (elle ne sort que très rarement du Val Fourré).

Un gendarme touché par l’hommage rendu à Arnaud Beltrame

Lors de la cérémonie, nous étions la seule école de Mantes-la-Jolie. Lors de la Marseillaise, les enfants présents ont chanté de vive voix comme tous les matins. Un policier est venu les féliciter après la cérémonie. Il leur a ainsi avoué avoir eu des frissons dans le dos. Voir des jeunes chanter aussi bien que des gendarmes l’avait vraiment touché. Il avait l’air vraiment ému.

Cette journée m’a permis de mesurer concrètement l’adhésion des parents aux valeurs- phares d’une école Espérance banlieues ainsi que leur enracinement à la communauté nationale. »

Les héros contemporains scellent à nouveau l’union nationale

Petit garçon en train de travailler à l'éoleEt le directeur du cours la Boussole de continuer :

“Il m’est apparu que ce moment « d’unité nationale » avait permis beaucoup de choses :

  • La confirmation de l’adhésion des parents aux valeurs de l’école. La figure du héros présentée lors d’une commémoration touche évidemment les enfants mais aussi leurs parents qui, pour certains, étaient présents à l’événement ;
  • Un moyen de rendre très concret l’idée de communauté nationale supérieure aux communautés culturelles ;
  • Un moyen de rendre très concret l’idée de communauté scolaire (présence des profs, des parents et des enfants) ;
  • Enfin, un moyen pour les familles de rencontrer d’autres personnes qui vivent et disent la même chose que nous à l’école.

Les élèves ont pu assister à naissance d’un héros, proche d’eux. Celui-ci a parfaitement rempli son rôle. Il a permis aux enfants de l’école Espérance banlieues de Mantes la jolie de comprendre et d’intégrer les valeurs culturelles et sociales qu’il incarne.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *