Espérances Banlieues : les écoles, leurs règles de vie, le projet pour les élèves

La vision d’Espérance banlieues

Espérance banlieues a été créée le 13 mai 2012 par Éric Mestrallet. Cette initiative naît d’un constat simple : l’éducation en banlieue est dans une impasse. Les symptômes de cette situation sont divers : très faible maîtrise des compétences de base en fin de collège, taux d’absentéisme élevé ou encore mal-être face à l’école. Luttant contre le sentiment ambiant de fatalité, Espérance banlieues propose alors la création d’établissements privés hors contrats. Ceux-ci préconisent une pédagogie innovante et pragmatique.

élèves de dos en cours dans une école Espérance banlieues

Centré sur l’apprentissage des fondamentaux (lire, écrire et compter) et l’intérêt pour la culture française, elle cherche avant tout à redonner le goût d’apprendre et à former des futurs adultes épanouis et responsables. En septembre 2012 une première école pilote ouvre ses portes à Montfermeil. Les résultats académiques et humains sont très positifs et suscitent un engouement important. Face aux évaluations nationales, les élèves réussissent ainsi mieux que la moyenne française.

Ce succès a poussé au développement de nouveaux établissements en région parisienne et autour des grandes métropoles françaises. Aujourd’hui, le Réseau Espérance banlieues englobe 11 établissements en France (16 à la rentrée de septembre 2018) et étudie une trentaine de dossiers pour le développement de son réseau.

Les grands principes d’intervention d’Espérance banlieues

Espérance banlieues a 4 grands principes qui structurent son action. Ceux-ci sont indissociables de l’association et font partie de son identité.

Relever le défi de l’éducation en zones urbaines

Agir avec pragmatisme pour relever le défi de l’éducation en zones urbaines sensibles. Les établissements Espérance banlieues ont développé un programme pédagogique spécifiquement adapté aux élèves des quartiers, notamment ceux en risque de décrochage ou déjà décrochés. Leur pédagogie se concentre ainsi sur l’acquisition des savoirs fondamentaux (lire, écrire et compter en primaire). Les écoles tiennent compte de la présence d’une langue maternelle souvent différente du français. Les établissements privilégient l’apprentissage de notre langue avant de se lancer trop vite dans l’étude de l’anglais.

Innover pour grandir et apprendre

Innover pour être plus efficace pour faire grandir. Pour Espérance banlieue, cela ne concerne pas seulement la transmission du savoir mais l’ensemble de la vie scolaire. Elle a ainsi mis en place dans ses établissements des activités de groupes pour entretenir les locaux tout en responsabilisant les enfants. Les temps de pause comme la récréation ou le déjeuner sont aussi des moments de partage entre le corps professoral et les enfants. Enfin l’équipe nationale dialogue en permanence avec les différentes écoles sur l’amélioration et l’optimisation de son dispositif, et elle relaie toute initiative positive dans le cadre du partage d’expériences.

Une approche de la laïcité apaisée dans la scolarité

Mettre en œuvre une approche apaisée de la laïcité au sein des écoles en développant la notion d’aconfessionnalité. Le sujet religieux n’est pas tabou dans ces écoles, mais il est évoqué avec les outils de l’école : la connaissance et la raison et pas avec ceux de la Foi. L’objectif est d’apprendre à chacun qu’une religion pour être respectée doit commencer à respecter les autres. Par un ensemble de règles claires et simples comme le panier repas préparé par les parents, elle met court aux débats et aux tensions et favorise l’échange et la vie en communauté. En savoir plus sur la laïcité à l’école.

un élève qui lève le doigt en classe dans une école Espérance banlieue

Être complémentaire à l’Éducation nationale

Être un modèle complémentaire de l’éducation nationale. Espérance banlieues n’a ni la prétention ni la volonté de concurrencer l’Éducation nationale. Néanmoins, elle souhaite élargir l’offre scolaire dans les quartiers en proposant une solution alternative et temporaire. Celle-ci s’adresse aux enfants qui, pour différentes raisons, ont besoin d’un autre cadre pour s’épanouir. L’objectif de ses établissements (du CP à la 3ème) est en effet de permettre à tout moment à ses enfants de rejoindre un parcours au sein de l’Éducation nationale.

Elle respecte le socle commun de l’éducation. Elle fait l’objet d’inspections régulières par les service du ministère de l’EN, inspections qui sont autant d’occasions de chercher à progresser. Des évaluations régulières, internes et externes, prennent la mesure du niveau académique des élèves. Ainsi, lors de l’année scolaire 2016-2017, les élèves de CM2 du cours Antoine de Saint-Exupéry ont tous réussi leur admission sur examen au collège de l’éducation nationale.

La pédagogie dans les écoles Espérance banlieues

Sur le plan pédagogique, la démarche des écoles Espérance banlieues se veut globale. Ce cadre permet de faire grandir l’enfant dans toutes ses dimensions. Elle s’articule autour de 3 axes  : l’instruction académique, le développement personnel de l’enfant et l’apprentissage de la vie en société.

L’instruction académique

L’école considère l’instruction comme sa mission première. Il s’agit de transmettre les connaissances fondamentales, et essentielles. Parmi celles-ci : lire, écrire, compter, calculer ainsi que les bases de la culture française et européenne (repères historiques, géographiques, littéraires). Les méthodes pédagogiques classiques utilisées (lecture syllabique, enseignement chronologique de l’Histoire) reposent sur une pédagogie progressive du connu à l’inconnu et du simple au complexe. La liberté laissée à l’enseignant sous le pilotage de son directeur et les petits effectifs donnent l’espace nécessaire pour consolider avec chaque élève ce qui doit l’être. Elle bâtit ainsi les apprentissages ultérieurs sur des fondations solides. Aussi, l’équipe ne s’interdit pas de revoir autant que nécessaire les éléments fondamentaux insuffisamment maîtrisés par les élèves.

une petite fille qui sourit en cours de sportLe développement personnel de l’enfant

Le deuxième axe structurant du projet pédagogique est l’attention portée au développement personnel de l’enfant. Les écoles Espérances banlieues entendent aider les élèves à développer leur sens critique, leur confiance en eux, le sens de l’effort, le goût pour les responsabilités, et le respect de ses engagements. Pour les y amener, elles mettent en place des outils pédagogiques adaptés. Parmi ceux-ci, la structuration de la vie de l’école autour d’équipes composées d’enfants de tous âges. Elles comportent un chef d’équipe et un second, chargés d’aider les plus jeunes ; des services (nettoyage, rangement, visites aux personnes âgées, projets citoyens) réalisés par ces équipes, la signature par les élèves de contrats d’effort pour progresser sur le plan scolaire ou éducatif, et une importance significative accordée à l’activité physique avec notamment une “randonnée” par semaine, en fonction des possibilités locales.

Les règles de vie en société

L’apprentissage des règles de vie en société. Les professeurs qui rejoignent l’équipe savent qu’ils sont appelés à être autant éducateurs qu’enseignants. Leur très grande disponibilité (présence de 8h à 18h, déjeuners avec les élèves, grands jeux), leur permet d’utiliser toute occasion pour éduquer les enfants, dans un contexte attentif, bienveillant et exigeant. La communauté de l’école préfigure en quelque sorte la communauté nationale. Celle à laquelle ces enfants , devenus des adultes libres, droits et soucieux des autres, pourront se sentir partie prenantes grâce à un véritable sentiment d’adhésion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *